Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Le réseau

Pourquoi un réseau Bases de données ?

par Chloé MARTIN - publié le , mis à jour le

L’idée de création d’un réseau dédié aux questionnements autour des bases de données est née suite aux résultats de deux enquêtes :

  • Une 1ère enquête s’adressant à l’ensemble des instituts du CNRS réalisée par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Françoise Thibault) en 2009 sur une « Etude de cas sur les systèmes de données numériques de recherche » et à laquelle 282 unités ont répondu et 690 bases ont été déclarées.
  • Une 2ème enquête réalisée au sein de l’INEE-CNRS en 2010 (Stéphanie Thiébault et Yvan Lagadeuc) a permis de préciser les problèmes rencontrés par les personnels travaillant sur les bases de données.

Ces différentes enquêtes ont permis de mettre en évidence des questionnements et des problématiques communes à toutes les disciplines :

  • Des problèmes de pérennisation à la fois institutionnelle, financière, structurelle
    • convention et hébergement
    • insuffisance de moyens financiers, projet sur des durées limitées et ne permettant pas le maintien de certaines bases
    • problèmes de continuité des services avec l’utilisation de contrats non pérennes
  • Un manque de communication et un isolement important des personnels affectés à la création ou la gestion des bases de données.
  • Une dispersion des ressources humaines et financières
  • Une grande diversité des interlocuteurs.

Les questionnements liés aux bases de données concernent les ingénieurs « Bases de données » comme les chercheurs qui participent activement à la mise en place de dictionnaires de données (métadonnées et thésaurus) et qui jouent également un rôle d’ingénierie en base de données.

  • Des problèmes d’interopérabilité des bases de données.

La multiplication des acteurs intervenant lors de la création d’une base de données (Ingénieurs informaticiens, Bio informaticiens, Chercheurs, Enseignants), a pour effet une grande confusion entre la structuration de la base (relationnelle ou objet), le choix des métadonnées/thésaurus et les données contenues dans la base à la fois dans la construction et dans la protection juridique.

  • Une inquiétude croissante concernant l’adaptation au droit français de la directive Européenne INSPIRE. La mise en place en 2007 de cette directive rend obligatoire à tous les états membres de l’UE, la mise à disposition de toutes les données publiques concernant des séries de données géographiques.
  • Des besoins importants d’informations dans le domaine juridique concernant la protection des données et des bases de données.
  • Une meilleure valorisation du travail scientifique lié à la création d’une base de données et une reconnaissance de ce travail comme production scientifique (en particulier en ce qui concerne les rapports d’activité).

Les résultats de cette enquête s’accompagnent d’une demande croissante des unités CNRS d’aide pour la réalisation de bases de données. Pour répondre à ces besoins de plus en plus importants, quelques centres informatiques dédiés à la gestion de données ont été créés, mais, dans la majorité des cas, la réponse a été d’engager ponctuellement un personnel ITA bases de données au sein d’unité de recherche. Ces recrutements s’accompagnent pour les agents d’une grande diversité de tâches à effectuer, allant du simple dépannage informatique à la création de bases de données complexes nécessitant des formations complémentaires.

Ces constatations émergent au sein de tous les instituts du CNRS et quelque soit les disciplines. Il est donc nécessaire de mettre en place un réseau de questionnement commun à toutes les équipes du CNRS et aux autres établissements avec la création d’un réseau « bases de données » (à la fois
thématique et de métiers).

A consulter également : le document de présentation du réseau pour son évaluation le 15 septembre 2015 (PDF) et les diapositives de la présentation (PDF)